Numérisations récentes du Petit Journal

Derniers ajouts

De nouvelles numérisations du supplément illustré du Petit journal sont ajoutées régulièrement à cette collection. Si vous souhaitez la numérisation prioritaire d'un numéro, n'hésitez pas à nous contacter.

  Nous contacter



10 ème  Année
Dimanche 10 Septembre 1899
Numéro  460
LE COLONEL JOUAUST

Président du Conseil de guerre de Rennes
La mission du colonel Jouaust est haute ; c'est à lui qu'appartient la direction des débats du terrible procès Dreyfus, c'est lui qui, après avis des honorables officiers qui l'entourent, prononcera le dernier mot de cette affaire, telle qu'aucune autre peut-être ne souleva jamais autant de passion.
Ce que le président du conseil de guerre de Rennes aura proclamé comme la vérité devra être accepté par tout le monde, car les deux partis ont déclaré devoir se soumettre à la décision du conseil.
La responsabilité du colonel Jouaust est donc très grande, mais il est homme à la supporter.
C'est le soldat loyal par excellence, n'écoutant rien au-dessus de sa conscience, incapable d'une compromission, doué d'un sang-froid plus que suffisant pour déjouer les artifices de certains personnages, écoutant les uns et les autres, avec la même impartialité et sans que rien puisse indiquer son sentiment personnel, c'est le juge.
Il est de cette vieille race bretonne, si solide dans la voie de l'honneur. Sa famille est de Rennes, et c'est dans cette ville qu'il a accompli une grande partie de sa carrière militaire.
Il est aujourd'hui directeur du génie et proposé avec le n° 1 pour le grade de général.
Le colonel Jouaust n'aime pas à ce qu'on fasse son portrait. Notre correspondant a dû employer de véritables ruses pour que nous puissions obtenir celui qui figure à notre première page. Le colonel nous excusera, mais nous n'avons pu résister plus longtemps au vœu de nos lecteurs.
Comme on le voit, en dépit de ses formidables moustaches blanche, le colonel Jouaust n'a point l'air terrible que d'aucun lui prêtent, sa physionomie, au contraire, quoique très énergique, est plutôt douce et bienveillante, ce qui n'étonne d'ailleurs point ceux qui le connaissent, il a, en effet, la réputation d'un excellent homme.

M. Bertillon déposant devant le Conseil de guerre de Rennes

L'acharnement des défenseurs de Dreyfus contre M. Bertillon suffirait à établir la considérable importance de sa déposition.
On a raillé l'éminent auteur du système anthropométrique que toutes les autres nations admirent et successivement nous empruntent.
On insulte M. Bertillon. C'est indiquer à quel point on le craint, cependant on dresse contre lui des régulateurs de grand air qui promettent des démonstrations qu'il ne font pas.
On déclare les explications de l'éminent expert absolument incompréhensibles ;pourquoi donc alors les redouter à ce point ?
Il faut, pour en apprécier toute la valeur, être capable d'attention et n'être point tout à fait ignorant. Les officiers qui composent le conseil de guerre appartiennent aux armes savantes ; de plus ils écoutent tous les témoignages avec le plus scrupuleux intérêt, et personne n'a remarqué qu'ils eussent ri ou paru distraits pendant la très longue déposition de M. Bertillon.