La Conquête de l'Air du Petit Journal

La Conquête de l'Air

Prochaine parution, « Les feuilles volantes de la conquête de l'air » à travers le Petit journal.
Une publication des Editions Limitées, tirage limité, numérotés, commercialisation en avril 2016.


La Conquête de l'Air : 42 Numéros



Conquête de l'air du Petit Journal

18 ème  Année
Dimanche 16 Juin 1907
Numéro  865
PENDANT LA GRÈVE DES INSCRITS MARITIMES. UN CAMPEMENT D'ÉMIGRANTS SUR LES QUAIS DU HAVRE

Nous donnons plus loin des détails pittoresques et statistiques sur l'émigration qui s'accomplit régulièrement d'Europe en Amérique, par le port du Havre. C'est le samedi que les paquebots emportent, chaque semaine, vers New-York, la cargaison humaine qui afflue de tous les points de l'Europe centrale et méridionale. Mais cette fois, en raison de la grève des inscrits maritimes, les émigrants sont restés au Havre plus longtemps qu'ils ne le souhaitaient. Un certain nombre ont été mis à l'abri sous la grande tente des transatlantiques ; d'autres ont campés sur les quais et même dans les rues. Ces pauvres gens, accoutumés à la résignation par tous les ennuis qui accompagnent fatalement ce petit mécompte. Ils se sont installés de leur mieux, formant un campement des plus pittoresques, devant lequel tous les curieux de la ville et des environs ont défilé.
Que sont quelques jours de retard et quelques contretemps pour des gens qui en sont venus à la pire des extrémités, celle de s'expatrier à jamais ?
des individus ordinaires de toutes les nations voisinèrent ainsi sur les quais du Havre.
Disons à ce propos que sur un million d'émigrants annuels, 300,000 viennent d'Italie, 150,000 de l'Autriche, le reste de la Russie, de la Grèce et de la Turquie d'Europe ou d'Asie. Trente-cinq compagnies de transports se disputent cette clientèle lucrative de voyageurs.
Jusqu'à ces dernières années, ce trafic profitait surtout aux compagnies allemandes. nous sommes entrés dans la concurrence et, par l'organisation d'agences dans tous les pays d'où partent les émigrants et de trains spéciaux, nous avons détourné à notre profit une partie du courant. Actuellement, la Compagnie transatlantique transporte pour sa part environ 60,000 émigrants dans l'Amérique du Nord ; l'Etat de Pennsylvanie en absorbe le plus grand nombre ; ensuite viennent l'Illinois, l'Ohio et le Canada.
Le Canada à lui seul en reçoit près de 150,000 par an.

Un ballon frappé par la foudre. Mort tragique d'un capitaine d'aérostiers italiens

C'est au cours d'une revue qui avait lieu à Rome, à l'occasion de l'anniversaire de la proclamation de la Constitution, que se produisit cet étrange et dramatique accident.
Un gros ballon militaire, monté par le capitaine Ulivelli, planait au-dessus de la place d'Armes, où le roi et la reine assistaient au défilé des troupes. ce ballon était à une hauteur de trois cents mètres.
le temps était très orageux. tout à coup, un éclair déchira le ciel, et l'on vit le ballon s'enflammer subitement. La foire venait de la frapper.
L'aérostat commença à descendre, l'enveloppe qui faisaient parachute ; puis ces débris, étirés par la résistance de l'air, s'allongèrent et la chute devint de plus en plus rapide.
Les spectateurs atterrés voyaient la nacelle décrire de grands cercles dans l'air.
Ce fut un instant d'épouvante.
On se précipita vers l'endroit où l'aéronaute venait de tomber. Projeté hors de la nacelle par le choc, le malheureux officier respirait encore. Transporté à l'hôpital militaire, il y mourut quatre heures plus tard, dans d'atroces souffrances, car il avait l'épine dorsale et les membres brisés, en même temps que l'incendie du gaz du ballon lui avait fait de cruelles brûlures. Il était marié et n'était âgé que de trente-six ans.
La fulguration des ballons est un cas très rare, et qui menace surtout d'une façon dangereuse les ballons captifs, lesquels restent en communication avec la terre en même temps qu'ils flottent dans des couches d'air superposées ayant un potentiel, c'est-à-dire une tension électrique, différant de l'une à l'autre. en cas d'atmosphère orageuse, ces différences de potentiel peuvent être considérables, au point que des étincelles et des éclairs peuvent se produire. Les ballons libres n'échappent pas à cet inconvénient, et voici pourquoi : ils redescendent souvent des couches supérieures de l'atmosphère avec leur enveloppe chargée d'électricité de nom contraire à celle du sol ; ils se comportent dès lors comme de grasses « bouteilles de Leyde » des laboratoires de physique et jouent le rôle de « condensateurs ». En touchant le sol, ils produisent de fortes étincelles qui, dans quelques circonstance, ont mis le feu au gaz contenu dans l'enveloppe. Enfin, les ballons libres peuvent être foudroyés directement comme l'est un navire en mer : ce dernier cas est tout à fait exceptionnel. C'est pourtant celui qui vient de se produire et qui a couté la vie à l'infortuné capitaine Ulivelli.