La Conquête de l'Air du Petit Journal

La Conquête de l'Air

Prochaine parution, « Les feuilles volantes de la conquête de l'air » à travers le Petit journal.
Une publication des Editions Limitées, tirage limité, numérotés, commercialisation en avril 2016.


La Conquête de l'Air : 42 Numéros



Conquête de l'air du Petit Journal

20 ème  Année
Dimanche 24 Octobre 1909
Numéro  988
UNE BOMBE JETÉE SUR UNE NOCE

La scène dramatique que représente notre gravure s'est passée ces jours derniers en Allemagne. A Riemke, pendant qu'une noce était à table, un individu, par la fenêtre ouverte, a jeté une bombe dans la salle du festin. Huit personnes ont été grièvement blessées et le repas nuptial s'est achevé dans l'horreur tragique causée par cet abominable attentat.

Une vision des guerres de l'avenir
Le nouveau canon allemend contre les dirigeables

Les Allemands, depuis quelque temps étudient avec passion les moyens de défense contre les croiseurs aériens. Des expériences ont été faites récemment à Meppen (Westphalia) avec un nouveau canon construit à cet effet par les ateliers Krupp.
Il est vrai que déjà les Anglais avaient expérimenté des engins de ce genre. En juin 1907, au polygone d'Aldershot, une de ces pièces dite « de chasse aérienne » avait, après quatre coups de réglage seulement, atteint à 4.500 mètres un aérostat emporté par un vent de 15 mètres à la seconde, c'est à dire marchant à peu près à la vitesse maxima d'un dirigeable.
La principale difficulté dans le tir de ces canons consiste à atteindre un but qui se déplace très rapidement dans l'atmosphère, c'est-à-dire dans un milieu n'offrant aucun point de repère pour permettre au pointeur d'apprécier la distance à laquelle il se trouve, en outre, est d'autant plus malaisé que l'aérostat se déplace doublement dans le plan horizontal et dans le plan vertical ; il faut donc que le canon puisse se déplacer avec une vitesse égale à celle du ballon.
Pour répondre à ces exigences, les Allemands ont construit un canon monté sur châssis automobile. Ce canon peut décrire un cercle complet dans le plan horizontal et tirer sous un angle de 75 degrés.
Ce canon pèse 450 kilos seul et près de 1.100 kilos avec l'affût . Il lance un projectile de 5 kil. 5, contenant, outre la charge d'éclatement, une composition incendiaire qu'une fusée allume au départ du coup et qui laisse dans l'air une traînée de gaz enflammée. On connaît ainsi la trajectoire et l'on peut, même la nuit, rectifier le tir. une autre fusée détermine l'explosion du projectile au moment où celui-ci crève l'enveloppe du ballon.
Telle est la marche du progrès : à peine l'homme a-t-il fait une chose pratique qu'il s'ingénie à trouver le moyen de la détruire.
Et, comme le disait ces jours derniers le poète Louis Marsolleau :

On inventa les dirigeable ?
Mais ils sont à peine montés
Que des canons sont inventés
Qui leur seront fort dommageable
Par leurs obus au ciel pointés.

Tout cela prouve que pour l'homme
Le mieux est l'ennemi du bien
Nous serions plus heureux, en somme,
Si nous n'inventions jamais rien !