Les numéros incontournables du Petit Journal

Les numéros incontournables

Certains numéros du Petit Journal sont devenus, par leurs illustrations, la gravité de l'événement raconté ou la polémique suscitée, figure mythique de la mémoire collective.


Les incontournables : 14 Numéros



8 ème  Année
Dimanche 19 Septembre 1897
Numéro  357
S. M. CHULALONGKORN, ROI DE SIAM

Pris vient encore de recevoir un puissant seigneur en la personne du roi de Siam.
Sans doute l'enthousiasme ne fut point excessif dans les rues, mais la curiosité ne laissa point à désirer.
On voulu voir ce souverain dont l'empire est si lointain, qui possède tant de femmes, de rechasses ; un peu de désillusion se manifesta : peut-être attendait-on plus d'or et de pierreries sur les habits, tandis que Sa Majesté se montra toujours assez simplement vêtue. Pas même l'aigrette merveilleuse qui surmontait si bravement le bonnet de défunt la shah de Perse.
Si les vivats furent modérés c'est aussi que le gouvernement siamois n'est point sans reproche à notre égard : se souvenir, à l'appui, des aventures du haut-Mékong ; mais puisque le roi accepte notre hospitalité et puisqu'il en a paru enchanté, il est certain qu'il a désormais l'intention de se conduire avec nous comme le plus loyal et le plus fidèle des amis.

Le banquet des chiffonniers, le char fleuri
Voyage du Président de la République en Russie

Dans l'intimité
Dans les premiers jours on s'est surtout occupé des cérémonies officielles et des grands incidents qui ont d'une façon si heureuse pour nous marqué le voyage du président de la République en Russie.
Il restait à glaner quelques détails et voici le plus charmant.
M. Félix Faure avait choisi les trois plus magnifiques poupées qu'il avait pu trouver parmi les poupées de France, qui sont les plus belles du monde.
Soigneusement emballées, il les porta aux grandes-duchesses Olga et Tatiana.
La joie des bébés impériaux fut immense et aussi, paraît-il, celle de l'empereur et de l'impératrice. Le soir, quand on pouvait échapper aux cérémonies, on s'enfermait pour faire parler, marcher, chanter les poupées.
M. Faure songeait qu'il est grand-père en tenant sur ses genoux la mignonne princesse Olga, qui entourait son cou de ses petits bras, et si ces poupées n'ajoutèrent rien au traité d'alliance, je crois bien qu'elles firent beaucoup pour l'affection franco-russe.